Le pèlerinage en images

Lourdes Ados Avril 2019

Le programme chaque jour

« Les surprises de Lourdes ! »

Quand tu ouvriras ce carnet [du pèlerin], tu auras déjà pris le départ pour Lourdes. Tout a été préparé pour que tu vives un très beau « pélé ». Nous sommes plutôt contents d’aller à Lourdes parce que beaucoup nous ont dit que c’était bien. Mais rien ne peut remplacer l’expérience personnelle. Ce pèlerinage 2019, c’est le tien, le nôtre, et il ne ressemblera à aucun autre ! Et ça dépend aussi de toi !

Bien sûr, il y a un programme, des activités pour chaque jour, mais nous ne connaissons pas d’avance tout ce qui va se passer. Pourquoi ? Parce que nous avons rendez-vous avec Celui qui est plus grand que nous, Dieu qui nous aime et qui agit toujours pour notre bien, même quand nous ne l’attendons pas.

Nous sommes un peu comme Bernadette qui ne se doutait pas ce qu’elle allait trouver à la grotte… elle allait seulement chercher du bois et sa vie a été transformée par la rencontre de « La Dame ». C’est Marie, la mère de Jésus, la sainte Vierge, qui lui a fait comprendre que, malgré sa vie difficile, Dieu veillait toujours sur elle. Bernadette a senti à la grotte qu’elle était considérée, regardée comme une personne, aimée !

Alors je t’invite à accueillir vraiment toutes les surprises de Lourdes :

  • Ouvre grands tes yeux pour regarder ce qui se passe dans ce lieu saint et pour comprendre !
  • Ouvre ton cœur au groupe dont tu fais partie et à tous les jeunes et adultes du « pélé ». Chacun a quelque chose à donner afin que tout se passe bien pour tout le monde.
  • Ouvre-toi aussi à la prière, à la présence de Dieu qui veut faire en toi, comme pour Marie et Bernadette, de grandes choses. Demande-lui de changer en toi ce qui a besoin d’être changé, d’ouvrir ce qui est fermé, d’adoucir ce qui est trop dur, de consolider ce qui est fragile.

Donne un peu, beaucoup, passionnément de toi-même, de ta générosité, de ton sourire, de ta joie et tu recevras beaucoup.

+ Mgr Denis MOUTEL,
ton évêque

Départ des Côtes d’Armor
Arrivée à Lourdes en fin d’après-midi
Installation dans les hôtels
Soirée en zone pastorale

  • 10h : Célébration d’ouverture présidée par Mgr Denis Moutel à la Cité Saint-Pierre
  • 14h : Découverte de Lourdes en équipes
  • En soirée : Veillée en zone

Durant la célébration d’ouverture, Mgr Denis Moutel a souhaité lire un passage de la Lettre du Pape François aux jeunes « Il vit, le Christ » (N°129 – 25 mars 2019) : « Si tu parviens à apprécier, avec le cœur, la beauté de cette nouvelle, et que tu te laisses rencontrer par le Seigneur, si tu te laisses aimer et sauver par lui, si tu entres en amitié avec lui et commences à parler avec le Christ vivant des choses concrètes de ta vie, tu feras la grande expérience, l’expérience fondamentale qui soutiendra ta vie chrétienne. C’est aussi l’expérience que tu pourras communiquer aux autres jeunes. Parce qu’« à l’origine du fait d’être chrétien, il n’y a pas une décision éthique ou une grande idée, mais la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive. »

Durant un point d’étape à la mi-journée, les coordinateurs de groupe ont pu donner leurs premières impressions sur ce début de pèlerinage et l’humeur des jeunes costarmoricains : « Il y a vraiment une bonne ambiance et une bienveillance les uns envers les autres, notamment envers ceux en situation de handicap », souligne l’un d’entre eux. « Ils sont très heureux d’être à Lourdes et, pour la plupart, ils commencent à se mêler. Ils sont curieux et ont envie de se découvrir. C’est un groupe qui est bien parti. Le thème est bien choisi et il est facile de les faire réfléchir sur comment être heureux », assure un autre. « Il a fallu reprendre l’histoire du Sanctuaire de Lourdes, certain associaient les apparitions de la Grotte à de la magie. Mais cela prouve qu’ils se questionnent, qu’ils ont envie d’en savoir plus », assure entre un autre. « Je les trouve très disponibles et disposés à chanter avec nous ! Ils ont été très vivants durant la célébration et réceptifs aux scénettes », conclue un musicien du groupe Avelig.

  • 10h : Célébration de la Parole à l’église Sainte Bernadette
  • Après-midi : Balade en zone
  • 20h30 : Procession mariale en diocèse sur l’esplanade

Ce matin, lors de la Célébration de la Parole en l’église Sainte-Bernadette, Mgr Denis Moutel a lu un extrait de la Lettre du Pape François aux jeunes « Il vit, le Christ »(N°145 – 25 mars 2019) : « Jeunes, ne renoncez pas au meilleur de votre jeunesse, ne regardez pas la vie à partir d’un balcon. Ne confondez pas le bonheur avec un divan et ne vivez surtout pas votre vie derrière l’écran. Ne devenez pas le triste spectacle d’un véhicule abandonné. Ne soyez pas des voitures stationnées. Il vaut mieux que vous laissiez germer les rêves et que vous preniez des décisions. Prenez des risques, même si vous vous trompez. Ne survivez pas avec une âme anesthésiée, et ne regardez pas le monde en touristes. Faîtes du bruit ! Repoussez dehors les craintes qui vous paralysent, afin de ne pas être changés en jeunes momifiés. Vivez ! Donnez-vous à ce qu’il y a de mieux dans la vie ! Ouvrez la porte de la cage et sortez voler ! S’il vous plaît, ne prenez pas votre retraite avant l’heure ! »

Après ce véritable hymne à la vie et à l’action, Mgr Denis Moutel a souligné que les jeunes étaient, certes, venus individuellement à ce pèlerinage à Lourdes mais qu’ils formaient désormais un ensemble. « A la messe, on dit dans le Credo ‘Je crois en Dieu’ mais on récite le ‘Notre Père’« . A partir du thème de semaine autour du bonheur, les jeunes ont été invités à inscrire dans leur carnet de pèlerin ce qui les rend heureux au quotidien, l’occasion pour l’évêque de Saint-Brieuc et Tréguier de faire le lien avec la Parole de Dieu. « Le Seigneur a bien voulu nous rassembler, nous appeler mais non pas tout seul : ensemble ! Vous avez fait la collecte, vous avez rassemblé des bonnes nouvelles, ces moments de bonheur. Et c’est encore plus beau quand on peut les recevoir ensemble, comme a dit la Très Sainte Vierge Marie qui s’est montrée à Bernadette. ‘Le Seigneur a fait pour moi des merveilles’, alors écoutons les merveilles que Dieu nous promet, qu’Il a déjà fait et qu’Il continuera ».

Le soir fut l’occasion de participer à la procession mariale au sein du Sanctuaire marial de Lourdes, en présence d’autres diocèses. Environ 5.000 pèlerins étaient engagés dans la procession aux flambeaux qui s’est déroulée sur l’esplanade autour de la Vierge Couronnée, après quelques incertitudes liées au temps. Les adolescents se sont montrés très investis durant la procession qui a duré une heure ; procession qui était accompagnée des cierges.

  • 8h30 : Découverte de Lourdes en équipes
  • 15h : Célébration de la réconciliation en diocèse à la Cité Saint-Pierre
  • 20h : Veillée chant avec le groupe Avelig à la Cité Saint-Pierre en présence de jeunes du diocèse de Vannes

Avant de débuter la célébration de réconciliation, Mgr Denis Moutel a pris la parole pour réexpliquer en quoi ce temps-fort était important pour les chrétiens, mais aussi comment s’y préparer malgré une éventuelle appréhension de présenter ses péchés à un prêtre. « Ce sacrement est ouvert à tous, même à ceux éloignés de l’Église. Voici ce que nous dit Jésus : Si je me mens à moi-même, je reste malheureux. Jésus nous aide à ne pas rester dans l’accaparement.  Le sacrement de la réconciliation est un sacrement de joie d’être redressé par le Christ. C’est un sacrement tourné vers l’avenir, un sacrement de liberté ».

Avant la veillée de chant, un couple originaire du Bassin d’Arcachon est venu témoigner de leur vie de famille, accompagné de leur fils adopté Samuel, en situation de handicap, aujourd’hui âgé de 7 ans. « Dans l’administration, on ne parle pas de handicap mais de particularité. Nous aimons dire que Samuel est unique au monde ». Ce dernier, très dynamique et avide de rencontrer l’ensemble des jeunes assis face à lui, s’est amusé à leur poser des questions auxquelles la salle a répondu à main levée. « Est-ce qu’il y a des servants d’autel ? Des scouts ? Qui a lu Michel Strogoff ? Du Jules Verne ? »

Les parents de Samuel sont revenus sur l’adoption de ce dernier ainsi que de l’un de ses frères, appartenant tous les deux à une fratrie de sept enfants (dont cinq naturels). « Nous avons un peu réfléchi à cette adoption… voire beaucoup ! », avouent-ils. A la question d’un jeune qui demandait leur ressenti face à des parents qui abandonnaient leur enfant atteint d’un handicap, les parents de Samuel ont répondu qu’il ne fallait pas voir l’abandon comme un acte de désamour, bien au contraire. « Dans ‘abandonner’, il y a ‘donner’. Ce don se réalise dans l’espoir que l’enfant trouve une famille qui puisse lui donner une chance. Aujourd’hui, Samuel est acteur de sa vie ».

Journée de relecture de la semaine, passage à la Grotte et à la ciergerie, temps « Vocations ».

  • 9h45 : Eucharistie à la Grotte
  • Après-midi : Rencontre avec Mgr Denis Moutel à la Chapelle Notre-Dame
  • 20h : Célébration d’envoi à la Cité Saint-Pierre
  • 22h30 : Départ en cars

La messe à la Grotte fut célébrée en présence des diocèses de Saint-Brieuc, de Nîmes, ainsi que de Châlon-en-Champagne. Mgr Denis Moutel a construit son homélie autour du thème du pèlerinage Lourdes Ados « Heureux les pauvres ». « Heureux vous les pauvres si vous ne savez pas tout, si vous n’êtes pas tout-puissant, si vous n’êtes pas seulement fort mais si vous avez une place en votre cœur pour accueillir la joie de Dieu. La Dame a regardé Bernadette comme une personne. Ici à Lourdes il y a une grande attention pour les autres. Pourtant, on riait dans son dos, on parlait d’elle comme d’une jeune fille pauvre, méprisée. » L’évêque de Saint-Brieuc et Tréguier a insisté sur la mission de chacun des pèlerins, petits et grands, valides et malades, comme la mission même qu’a reçue Bernadette alors qu’elle ne savait ni lire ni écrire. « Quelle pouvait être sa place dans la société des Hommes ? Vous les plus jeunes, nous avons besoin de vous ! Le Pape François vous le dit très fortement. Que l’Esprit Saint vous pousse dans cette course en avant. L’Église a besoin de votre élan, de vos intuitions, de votre foi. Et quand vous serez arrivés là nous ne sommes pas encore arrivés, ayez la patience de nous attendre. »

Durant l’après-midi, Mgr Denis Moutel s’est prêté à un jeu de questions et de réponses avec les jeunes costarmoricains des zones pastorales du diocèse de Saint-Brieuc. Sélections…

  • Comment vous êtes venu la foi ?

La foi, c’est quelque chose de mystérieux. Si je répondais un peu trop vite, cela voudrait dire que la foi m’est venue sans rien faire. La foi, ce n’est pas un ensemble de consignes morales. Au fond, j’ai eu la foi quand j’ai eu trois jours lorsque j’ai été baptisé. Aujourd’hui, quand je baptise un enfant, je dis au fond de mon cœur : « Puisque tu es uni au Christ pour toujours, tu connaîtras sans doute les épreuves des hommes mais tu ne seras jamais perdu ». La foi s’entretient par la prière. Parfois, on aimerait prier plus, prier mieux mais chacun à sa manière. Il s’agit simplement de dire : « Je fais de mon mieux et je sais que Dieu est avec moi ». Pour ma part, j’ai su que je désirais être prêtre à l’âge de 16 ou 17 ans, quand j’ai compris que les récits de la Bible faisaient écho dans ma vie.

  • Pourquoi avez-vous décidé de devenir prêtre, puis évêque ?

On ne devient pas prêtre car on n’a pas pu faire autre chose mais parce qu’il y a eu cet appel au fond du cœur. Lorsque j’ai été appelé en tant qu’évêque, j’ai eu besoin d’une nuit et d’une messe, c’est-à-dire que j’avais besoin de temps et de prière avant d’accepter la charge d’évêque. La croix pectorale, que j’ai reçue de mon oncle qui était lui-même évêque, permet d’ouvrir la discussion dans le train par exemple. Je l’aime beaucoup car elle a une histoire.

  • Est-ce qu’il faut avoir de l’autorité pour être évêque ?

L’autorité, ce n’est pas de s’imposer en tant que chef. L’autorité, c’est plutôt d’encourager. La vraie autorité, c’est celle qui aide, qui entend et qui dit « Je crois en toi ». Moi-même, j’obéis au Pape, dans le bon sens du terme. Obéir, c’est être disponible dans le service, là où on nous envoie. Avoir de l’autorité, c’est être bienveillant, c’est avoir une parole qui permet d’avancer. Si on casse sans cesse les autres, on n’aura jamais d’autorité.

  • Pourquoi la prière est-elle répétitive ?

On récite souvent le Notre Père et le Je vous salue Marie. Cela veut dire que la prière n’est pas simplement une idée. Je dirais que la prière, c’est un élan du cœur. Oui, la prière, c’est toujours la même chose mais on ne la perçoit pas de la même façon d’un jour à l’autre, le matin ou le soir, aux différents âges de la vie.

Voyage retour
Retour dans les Côtes d’Armor dans la matinée

Alors que les jeunes costarmoricains sont rentrés dans leurs familles aujourd’hui, nous pouvons rappeler la conclusion de Mgr Denis Moutel faite aux adolescents la veille au soir avant leur montée dans les cars… « J’aurais quatre mots à vous dire : 1) Rappelle-toi tout ce que tu as reçu cette semaine, tout ce que vous avez vécu. 2) Souviens-toi tout ce que la Vierge Marie a fait pour son Peuple comme pour Bernadette qui a su mettre sa confiance en elle. 3) N’aies pas peur de te tromper. Aie confiance. Parfois, vous pouvez être dans l’incertitude, alors ne restez pas seuls et discutez ensemble, construisez ensemble. 4) Partage ta joie. L’Église, si elle n’est pas missionnaire, sera oubliée. Partage ta foi car quand on donne, on est heureux !

L’occasion également pour Mgr Denis Moutel de rappeler deux passages de la Lettre du Pape François aux jeunes « Il vit, le Christ » :

  • N°158 : « Chercher le Seigneur, garder sa Parole, essayer de répondre par sa propre vie, grandir dans les vertus, cela rend fort le cœur des jeunes. C’est pourquoi il faut garder la connexion avec Jésus, être en ligne avec Lui, puisque tu ne grandiras pas en bonheur et en sainteté par tes seules forces ni par ton esprit. De même que tu fais attention à ne pas perdre la connexion internet, fais attention à ce que ta connexion avec le Seigneur reste actives ; et cela signifie ne pas couper le dialogue, l’écouter, lui raconter tes affaires et, quand tu ne sais pas clairement ce que tu dois faire, lui demander : Jésus, qu’est-ce que tu ferais à ma place ? »
  • N°167 : « Dieu aime la joie des jeunes et Il les invite spécialement à cette joie qui se vit en communion fraternelle parce ‘qu’il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir’ (Ac 20,35). L’amour fraternel multiplie notre capacité de bonheur car il nous rend capable d’être heureux du bien des autres. Un proverbe africain dit : ‘Si tu veux aller vite, marche seul. Si tu veux aller loin, marche avec les autres’. Ne nous laissons pas voler la fraternité ».

Les autres albums et actualites

Actualités de la Pasto Jeunes

JMJ 2019

de Saint-Pern à Panama, revivez les JMJ 2019 […]

Voir l'actu